Contribuez à SecuObs en envoyant des bitcoins ou des dogecoins.
Nouveaux articles (fr): 1pwnthhW21zdnQ5WucjmnF3pk9puT5fDF
Amélioration du site: 1hckU85orcGCm8A9hk67391LCy4ECGJca

Contribute to SecuObs by sending bitcoins or dogecoins.



Le ministère de l'intérieur censure une conférence au Canada

Par Ludovic Blin, secuobs.com
Le 10/03/2014


Résumé : Le ministère de l'intérieur a apparemment censuré la présentation qui devait être effectuée par un chercheur français lors de la conférence Cansecwest, en la classifiant "secret défense" quasiment à la dernière minute, à la demande du DoD américain.



Dragos Ruiu, l'organisateur de la conférence Cansecwest, qui a lieu cette semaine à Vancouver au Canada, a annoncé l'annulation de la présentation du chercheur français Eric Filiol de l'ESIEA (Ecole supérieure d'informatique, électronique, automatique). Celle-ci aurait en effet été classifié "secret défense" par le ministère de l'intérieur, à la dernière minute, entraînant son annulation par son auteur. Cette action de l'administration a été effectuée, semble-t-il a la demande du Department of Defense américain.

Cela démontre une nouvelle fois la problématique de la mauvaise utilisation de certaines classifications, notamment pour des objectifs de censure et d'insécurité. En effet l'interdiction de la révélations de certaines failles entraîne une insécurité, puisque les propriétaires des dispositifs touchés ne peuvent pas les corriger. En l'occurrence il semble que cette présentation devait porter sur l'insécurité des infrastructures internet d'un pays étranger.

On se rappellera qu'une conférence portant sur l'insécurité des "box" fournies par les opérateurs internet avait également été annulée il y a plusieurs années lors du SSTIC. (NDLR: En France tout du moins la situation ne semble s'être guère arrangée, notamment du fait de problèmes d'implémentation du protocole WPS sur certaines box.)

Par ailleurs cette affaire laisse une désagréable impression de flottement institutionnel dans notre pays. En effet, on peut s'étonner que le ministère de l'intérieur, en lien avec l'équivalent américain de notre ministère de la défense, censure la présentation qu'un français devait effectuer dans un pays étranger, le tout sans consulter le ministre de la défense, celui des affaires étrangères, ou encore celui de l'éducation et de l'enseignement supérieur. Aucun responsable politique n'aurait par ailleurs été consulté. On s'étonne également que le ministère de l'intérieur demande à valider les présentations devant être effectuées par des chercheurs à l'étranger.

Une telle action, qui si elle concerne un domaine particulier, n'est pas anodine, combinée avec le mécontentement sans cesse croissant du "français moyen" (NDLR: d'ailleurs complètement occulté par la scène médiatico-politique) augmente les probabilités d'une réforme prochaine de certaines de nos institutions.

Article sur CSO: lien